23/11/2020 – Déploiement des bracelets anti-rapprochement en Martinique

Crédit afp.com/Alain JOCARD

Le préfet de Martinique, le procureur de la République, le service pénitentiaire d’insertion et de probation, la police, la gendarmerie, ainsi que des associations de prévention l’ALEFPA et l’ADAVIM – France Victimes ont signé lundi 23 novembre 2020 en Martinique, la convention de mise en place des bracelets anti-rapprochement (BAR).

La Martinique est le seul territoire d’outre-mer choisi par le Ministère de la Justice pour l’expérimentation de ce dispositif avant la généralisation à l’ensemble des territoires à la fin de l’année 2020. Elle devrait disposer d’une dizaine de BAR, sur les 1000 qui seront déployés au total.

Le port du bracelet anti-rapprochement est imposé par un magistrat qui fixe également la distance à laquelle l’auteur de violences conjugales ne peut s’approcher de la personne protégée (de 1 à 10 km). Cette dernière dispose d’un boîtier qu’elle doit toujours garder avec elle. En cas de non respect de cette distance, une alerte se déclenche et les forces de l’ordre interviennent immédiatement.